111 lycéennes portées disparues après une attaque de Boko Haram

154

Dans l’internat pour filles de Dapchi au nord du Nigeria, 111 élèves sont portées disparues deux jours après une attaque du groupe Boko Haram. Les autoridtés du pays craignent un scénario similaire à l’enlèvement des lycéennes de Chibok en 2014.

Deux jours après l’attaque du groupe djihadiste Boko Haram, 111 lycéennes sont portées disparues. 815 élèves sont rentrées à l’internat sur 926 élèves, chiffre qui inquiète les autorités. « Aucun cas d’enlèvement n’a été avéré pour l’instant » a déclaré Abdulmaliki Sumonu, le commissaire de police de l’État de Yobe.

Cet évènement n’est pas sans rappeler l’enlèvement de 276 filles à Chibok en 2014. Le groupe Boko Haram avait diffusé une vidéo de filles présumées kidnappées. Vidéo qui avait mobilisé la communauté internationale et mobilisé autour du hashtag #BringBackOurGirls sur les réseaux sociaux. Boko Haram signifie « l’éducation occidentale est un péché ». Le groupe recrute via des enlèvements et met à mal le système éducatif en s’attaquant aux professeurs et étudiants.

Laisser une réponse

Entrer votre commentaire s'il vous plaît
Entrer votre nom s'il vous plaît