Un ministre perd ses jumeaux dans une piscine

Il est souvent difficile de faire confiance aux gardiens pour la garde des enfants. Le pire pourrait se produire en cas de manque d’attention. Le ministre ougandais de l’Eau, Ronald Kibuule, en sait quelque chose, lui a perdu ses enfants jumeaux le lundi dernier par noyade dans sa piscine.

Les circonstances exactes derrière la noyade des jumeaux Roman Kato et Raiding Wasswa, restent floues car les caméras de vidéosurveillance étaient éteintes alors que les enfants étaient sous la garde de deux gardiens, rapporte Daily Monitor.

La police qui a répondu aux appels de détresse de la famille et des sympathisants a placé les deux domestiques de sexe masculin en garde à vue et les a interrogés. Ils ont également récupéré les corps et les ont emmenés pour les embaumer à la morgue de la ville de Mulago, à Kampala.

“Oui, ils se sont noyés dans la piscine, mais nous ne savons pas ce qui s’est passé exactement car, au moment des faits, les caméras en circuit fermé étaient éteintes”, a déclaré M. Davis Lukyamuzi, un oncle du ministre.

M. Kibuule et son épouse Fortunate étaient tous deux absents. Les gardes du palais ont dit que les enfants jouaient dans l’immense complexe et étaient pris en charge par deux gardiens lorsqu’ils se sont noyés.

L’un des gardes, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat afin de ne pas compromettre les enquêtes en cours, a déclaré ne pas avoir été au courant du présumé accident mortel jusqu’à ce qu’un des responsables ait crié: “Nous sommes morts; les enfants se sont noyés ».

Le ministre Kibuule se trouvait à Kampala au moment des faits, alors que son épouse Fortunate aurait été contrainte d’aller payer des travailleurs sur un chantier de construction à Namataba, à quelques kilomètres de chez elle.

Ils sont rentrés chez eux à la hâte et ont été visiblement submergés par l’émotion et incapables de parler de la tragédie.

Le chef de la police du district de Mukono, M. Rogers Seguya, s’est rendu à la maison et a inspecté la piscine, ce que les enquêteurs considèrent comme une scène de crime possible. Selon des informations, les détectives chercheront à établir si les caméras de surveillance avaient déjà fonctionné ou si elles n’avaient pas fonctionné avant le jour fatidique.

Ils tenteront également d’établir si la noyade des enfants était un accident ou un acte criminel.

Le président Museveni et la présidente du Parlement, M. Rebecca Kadaga, ont téléphoné pour présenter leurs condoléances à la famille endeuillée, selon M. Lukyamuzi.